Industrialisation en Afrique :balbutiements prolongés du secteur

L’histoire des peuples a démontré que l’industrialisation a toujours été une alternative  drastique et durable aux différentes crises économiques,sociales,financières .En effet,la  maîtrise de procédés de transformation de matières premières a permis à de nombreuses nations de sortir de situations chaotiques.Le continent asiatique en est l’exemple le plus probant.

Grâce à la standardisation de son industrie,l’Asie a pu dans un temps record sortir d’une situation de pauvreté extrême et relancer son économie.Ce résultat n’aurait pu être obtenu sans l’optimisation de son capital humain.Le continent asiatique a su tirer profit de sa très forte population en faisant de celle-ci l’élément moteur du développement de son industrie.Dans la foulée,cette industrialisation a permis de faire des avancées scientifiques remarquables portant ainsi leur technologie à la pointe.

La situation industrielle actuelle du continent africain ressemble beaucoup à celle de l’Asie d’autrefois.Comme son voisin asiatique,l’Afrique traverse une période d’improductivité depuis un certain nombre d’années.Donc,une confrontation du parcours asiatique à celui africain permettrait d’avancer dans la recherche d’alternatives à ce différentiel industriel.

Au courant des années 1970,le continent africain contribuait à hauteur de 4% à l’industrialisation mondiale.Aujourd’hui,sa participation au secteur manufacturier mondial n’est que de 1,6%.Ces chiffres nous éclairent suffisamment sur l’état de décomposition très avancée de l’industrie africaine.

Cette situation est exclusivement imputable à une dépendance accrue à l’exportation de produits en état brut.

Comble de cet état de fait, les consommateurs africains ont une dépendance séculaire à des produits d’origine étrangère,ceci encrant davantage cette problématique.

Néanmoins des efforts restent notables compte tenu des attitudes de certains consommateurs visant à favoriser des produits issus de leur terroir.

L’industrialisation semble être l’alternative la plus efficace à l’improductivité du continent africain.Pour ce faire,les gouvernants devraient injecter les moyens humains,techniques et financiers capables d’impulser ce secteur.Les retombées de l’industrie  pourraient être également déversées dans d’autres secteurs en souffrance afin de les booster.

En s’inscrivant dans cette course industrielle,le continent africain s’ouvrirait davantage au marché mondial de la consommation.

L’Afrique détient les cartes lui permettant de sortir de cette situation de suiveur,reste à elle d’en faire un emploi ingénieux.

#productiveindustry #industryfortheemployment #industryforthedurability

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s